L'Humeur du jour... bonjour!

Le 06 janvier 2011:

Ca y est... adieu 2010... VIVE 2011! Et ouf! Les fêtes sont ENFIN terminées! Oui! Enfin! Parce que là, entre les apéros chez les uns et les autres, les repas interminables et surtout hypra caloriques, il était temps que ça se termine! Parce que 1/ on est épuisée à force de se coucher à pas d'heure tous les soirs et 2/ on aurait comme qui dirait pris quelques kilos... Et c'est pas rien si les pubs pour perdre du poids défilent et nous narguent! Et du Weight Watchers par ci, et du XL S par là... c'est dégueulasse! Il y a pas 15 jours, c'était des pubs pour Labeyrie qui passaient en boucle... Bref, là, il va quand même falloir se faire une raison: finis les toasts au foie gras, les tartines de beurre (sans les huîtres, rapport à l'allergie fulgurante que l'on a développée en mangeant un de ces coquillages), les raclettes, les crêpes, les gratins (entre 2 réveillons, faut bien se nourrir...). Maintenant, ça va être soupe, yaourt, soupe, yaourt, soupe... beurk! On rêverait presque d'avoir une petite gastro pour accélerer le processus d'amaigrissement. Allez, encore quelques jours de galettes et après: TER-MI-NE !

Le 24 septembre 2010:

La joie des activités extra-scolaires...

ça, on l'avait dit: cette année, coûte que coûte, les enfants feront une activité! Terminés les mercredis devant les dessins animés ou a demander toute la journée "qu'est ce que je peux faire? j'sais pas quoi faire...". Donc on décide de se rendre à l'inévitable forum des associations où tous les clubs de la commune sont représentés: foot, basket, danse, dessin, ping-pong, judo, musique... bon, je vais pas tous les faire, il y en aurait pour trois jours. En arrivant, on se rend bien compte que nous ne sommes pas la seule à vouloir se débarrasser de nos enfants pendant le seul jour de repos qu'ils ont dans la semaine d'école, et quelque part, ça rassure. Mais, en même temps, trop de monde, c'est l'enfer! Les stands les plus courrants sont pris d'assaut! Toutes les filles veulent faire de la danse, tous les garçons du foot, ou presque. Donc impossible d'approcher pour prendre des renseignements et le dossier d'inscription correspondant. Curieusement, beaucoup moins de monde au stand "fais des maths en t'amusant" (on est bien d'accord, les maths n'ont rien d'amusant, déjà, ça sent l'arnaque!). On fait donc un tour en espérant que le stand danse se libère, et quand on y arrive: miracle: plus personne! Et là, la vieille peau de 120 kg (ex-danseuse?) nous lance: "ahhhhh... mais fallait venir avant! Il n'y a plus de place!" Bilan: notre puce fond en larme,  elle qui se voyait déjà en tutu, nous faisant une démonstration au théâtre municipal en fin d'année. En même temps, tout bien réfléchit, pour devenir comme cette sorcière et pour piquer une crise chaque mercredi à faire un chignon à notre enfant qui deteste qu'on lui touche les cheveux... finalement, c'est pas plus mal que ce soit complet. Bon, pas grave, on va trouver autre chose! Une super activité, avec costume et sans obligation d'être coiffée! Pas facile... On opte pour le judo. Avec petite séance de démonstration pour être sûr de s'inscrire (bien comme démarche!) En voyant les gabarits arriver en kimono, on flippe un peu quand on voit notre bout de choux à côté... Après deux prises de tarés et une dent en moins (ben oui, Boubou a les dents qui bougent), curieusement, on ne donne pas suite. Las de tourner en rond depuis trois heures, on fini par céder, et on inscrit notre chèr enfant au poney... Pas donné cette affaire entre la licence, l'inscription, l'assurance... bref, ça y est, c'est fait, on n'en parle plus! Rendez-vous le  mercredi  pour le premier cours! Il faudra bien entendu remettre un dossier bêton complet pour pouvoir s'inscrire, certificat médical inclus (inutile de dire que pour avoir un rdv chez le médecin en 1 semaine en période de gastro, rhino et certificats médicaux... même Jack Bauer aurait eu du mal à s'en sortir! Mais bon, en mère débrouillarde que l'on est on y arrive quand même. En attendant mercredi, il va falloir se procurer l'équipement: bottes, bombe, gants, pantalon, cravache, brosses, veste... Un gouffre! Comme en plus notre magasin de sport le plus proche a été dévalisé, il a fallu faire des kilomètres incroyables pour trouver toute la panoplie! Ce qui a doublé le budget... Merci... 1er cours... 1ère chute... Tout va bien, notre nouvelle cavalière émérite remonte! Ouf! Tout s'est bien passé. Elle est ravie et a même hâte d'être à mercredi prochain! Le week end arrive, on part pour une petite balade en rollers... et là: cata: c'est la gamelle, suivie d'un saut aux urgences, plâtre et interdiction de sport pendant 6 semaines... sans compter la rééducation... Adieu cheval...

Le 3 août 2010:

ET... VIVE LES COIFFEURS!!!

Allez, un petit tour chez le coiffeur histoire de paraître plus fraîche, plus belle et surtout... mieux coiffée! Enfin, coiffée tout simplement, c'est déjà pas mal. Donc, rendez-vous est pris, on y va. On n'a pas vraiment d'idée précise sur ce que l'on veut, mais on est très claire sur ce que l'on ne veut pas: ni blonde, ni trop apprétée (on ne va pas à un mariage et en brune que l'on est depuis tout bébé, devenir blonde d'un coup serait traumatisant). Sinon, on laisse libre le coiffeur-visagiste élu coupe d'or 1992 dans notre département! C'est du lourd, forcément! Confiante, on se dit qu'il sera sans aucun doute de bon conseil: vas-y Roger, laisse-toi aller, fais ce que tu veux de mes cheveux! On s'installe alors entre Madame Picheux et Madame Lambert qui ont visiblement leurs habitudes dans ce salon puisqu'elles en ont même enlevé leurs Scholl compte tenu de la chaleur qui leur engonce les pieds... Passons... Cindy (la coloriste) et Roger (le boss, Es-coiffeur, Es-coupe d'or 1992) font un état des lieux de notre chevelure: "terne, sans vie, fourchus, sans réélle coupe et avec pellicules, y'a du boulot!" qu'il nous sort, Roger! Ils parlent leur langue codée avec des "on lui fait la 225+ la 489, en insistant bien sur la racine. Nous on comprend rien, mais on fait confiance vu qu'on a déjà dit qu'on voulait quelque chose de naturel, avec des reflets dorés, mais pas blonds... Le chantier démarre avec pinceaux, alu, peinture, film plastique... et un passage de 20 minutes sous le grill... Ca tombe bien, avec les 35° qu'il fait dans ce salon sans clim, on avait un peu frisquet... On patiente, donc. Ce qui nous permet de nous éloigner un tantinet des deux pies qui racontent leur vie croustillante dans les moindres détails (ablation d'une verrue plantaire purulente, derniers exploits au thé dansant organisé par la mairie...). Une fois cuite, on passe au shampoing, et là: l'eau gelée nous ferait presque regretter le casque chauffant: on frise l'hydrocution! On rechange de siège pour passer à la coupe avec Roger! Roger est sacrément outillé: ciseaux de différents formats, tondeuse, il sort tout! Nous, prise d'une légère angoisse: "heu... la tondeuse, c'est peut-être pas la peine?!" "Laissez-moi faire!" qu'il nous dit pour nous rassurer... Là il nous explique qu'il faut "redonner vie à notre matière capilaire" et qu'il est "là pour ça!"... Hummmm.... Là on lui dit timidement que la couleur à l'air un peu claire... mais il nous demande d'attendre le résultat final pour juger... Résultat qui arrive effectivement après d'innombrables coups de ciseaux et un brushing certainement destiné à tester la resistance de notre cheveux au tirage infligé pendant de longues et douloureuses minutes... Et voilà: ça y est! Roger, fier de son oeuvre sort son miroir magique pour nous montrer notre verso... On cherche des yeux un signe qui pourrait nous dire que si, c'est bien nous! Mais non, rien, on ne trouve aucune ressemblance avec notre moi d'avant: On avait dit "pas trop clair": on est blonde! On avait dit "pas trop apprétée" on ressemble à Farrah Fawcett dans Drôles de Dames (juste la couleur et le brushing, hein, on reste lucide quand même, la ressemblance s'arrête là!) Voyant notre mine dépitée, il nous dit que "dehors, la lumière refletera mieux la couleur" et nous conseille d'attendre l'avis de la famille qui est toujours le meilleur. On se dirige vers la caisse, on se soulage d'une centaine d'euros (on a pu bénéficier de la promo du jeudi, c'est vraiment sympa!) et on rentre chez soi... Après quelques jours avec notre nouvelle tête, et n'y tenant plus, on s'achete une couleur maison, que l'on s'empresse d'appliquer... On fini en Morticia... Plus qu'à attendre que ça pousse...

 

Le 26 juillet 2010:

ET... VIVA ESPANA!!!!

Que pasa? Como esta usted? Ola! Que tal! Bref... Après avoir fait le tour de nos connaissances en matière linguistique, penchons-nous un tantinet sur le domaine sportif (bigre, ça commence à devenir une habitude!). Que ce passe t-il donc au delà des Pyrénées? On ne le sait que trop: les champions du monde de foot sont cette année espagnols. Mais le vainqueur du tour de France? Espagnol! Celui qui a remporté le dernier grand prix de F1? Espagnol! Roland Garros? Espagnol! Non? Si! Et il y en a peut-être  même d'autres qui se sont faits plus discrets... Mais diantre! Comment se fait-ce? Est-ce un dopage déguisé sous forme de régime paëlla/sangria/tortilla? Ou une consommation accrue de canas y tapas? Toujours est-il que quelle que soit la recette, le resultat est optimum! Sans compter que physiquement parlant, ils ne sont pas à mettre au rebus. On accrocherait volontier la photo de Casillas ou de Torres dans la salle de pause... D'autant qu'ils ne se contentent pas d'être doués en sport: ils sont aussi terrrrrrriblement sensibles et romantiques! Il n'y a qu'à voir les larmes de l'un au coup de sifflet final et le baiser de l'autre à sa douce juste après la victoire! La veinarde! Tiens... et si on allait faire un tour en Espagne cet été?

Le 21 juin 2010:

Mais c'est bien finalement, le foot!

Plus de suspens que dans 24 heures chrono, plus drôle que Desperate Housewives, plus de rebondissements que dans Dallas... c'est la coupe du monde 2010! Pas un jour sans un nouveau coup de théâtre, c'est vraiment top! On n'était pourtant pas très foot, mais là, vraiment, impossible d'y échapper! Même la presse sportive s'est mise à jouer les torchons à scandales! Des insultes à la une, super! Au moins nos enfants sauront maintenant que les insultes on peut en dire et en écrire puisque c'est étalé partout. Car attention! La presse télé qui ne veut surtout pas dire de gros mots se contente de diffuser largement cette première page histoire que personne ne pas passe à côté... Et comme il n'y a pas vraiment de buts à se mettre sous la dent, il faut bien parler de quelque chose... Enfin si, des buts, il y en a quand même: des mis avec les bras (ça s'appelle pas une main ça? je croyais que c'était une faute? bon, ok, j'y connais rien en foot...)! Mais heureusement qu'il y a les déboires de notre équipe nationale, au moins ça tient le téléspectateur en haleine. Et puis, enfoncer des gens qui sont déjà au fond, ça ça nous connait, on sait tellement bien faire... Le lynchage aussi c'est sympa... Mais là, c'est l'apothéose! C'est un florilège d'insultes, de coups bas, de règlements de compte, un vrai festival! Quelle ambiance festive! Vraiment, ça donne envie de faire du foot ou d'y inscrire nos enfants dès la rentrée...

le 02 juin 2010:

Mais oui, mais oui, l'école est finie! (hélas)

Bon, ça y est: la fête des mères, c'est fait. Ouf! Bientôt la fête des pères, et on remet ça. On va se re-triturer l'esprit pour savoir quel cadeau somptueux on va bien pouvoir lui offrir... Exit les cravattes, le parfum, la bouteille de vin... faudra vraiment se décarcasser pour trouver quelque chose de bien plus original.

Mais là, on a d'autres chats à fouetter. (Enfin, doucement quand même). Dans moins de deux semaines, notre ado sera en vacances d'été! OUI! Et l'enfer va commencer... Vraiment... Parce que, avec les examens qui ne le concernent plus ou pas encore, son établissement scolaire va se débarasser de lui rapidos. Et impossible de l'envoyer en colo: c'est trop tôt (les monos passent eux-mêmes leurs examens de fin d'année). Pas de stage en entreprise non plus: c'est trop tard (les entreprises ont besoin de convention de stage pour être assurés et les écoles n'en délivrent plus puisque précisément, les élèves ne sont plus sous leur responsabilité); pas de job d'été non plus: on n'embauche pas des bébés de 15 ans, et surement pas pour mi-juin alors que tous les employés sont encore à leur poste. Bref, qu'allons nous faire de nos enfants?

Certes, ils sont assez grands pour se garder eux-mêmes, mais là n'est pas le problème! Si on ne veut pas piquer une crise chaque soir en les retrouvant affalés sur le canapé devant leur huitième DVD de la journée, au risque de retrouver le-dit canapé déformé à force d'être utilisé... D'autant qu'avec le soda et les chips qu'ils auront ingurgité, c'est avec 15 kilos de plus qu'ils feront leur rentrée en septembre... Donc: action!

On met en place un plan d'urgence:

- rangement de chambre, bien entendu (avec poussières et aspiro inclus)

- tri des tiroirs de bureau pour espérer pouvoir les ré-ouvrir à la rentrée (compter 3 jours pleins, hors descente des poubelles)

- on peut tenter le nettoyage des carreaux, pourquoi pas des plafonds, mais là, il va vraiment falloir être extrèmement convaincant)

- on peut aussi les entrainer sur des chantiers extérieurs histoire de les aérer un peu (tonte, taille des haies etc...) (bien sur, cela ne concerne que les heureux possesseurs de jardin car il est difficile de tondre un balcon)

Si rien ne fonctionne, on peut toujours les envoyer chez mémé, certes ils seront également vautrés sur le divan toute la journée, mais au moins, on ne le verra pas!

C'est bientôt septembre?

le 26 mai 2010:

Fête des mères… le retour !

Et voilà... c'est reparti! La fête des mères, LA fête de l'année après la Saint Valentin et Noël est de retour... Cette fête adorée des commerçants et redoutée par tous les autres...

Les écoliers d'abord, qui paniquent déjà à l'idée d'oublier une rime, un vers, voire tout le poème (cul-cul, il faut bien le dire) qu'ils auront eut tant de peine à apprendre en classe;

leurs maîtresses qui réalisent qu'elles sont, cette année encore, en retard et qu'elles vont devoir terminer elles-mêmes les trente-deux tableaux en graines prévus pour l'occasion. En plus, comme chaque année, ça tombe avec les répétitions du spectacle de fin d'année et le cadeau de fête des pères qui sera, une fois encore, bâclé.

Les enfants qui se demandent ce qu'ils vont bien pouvoir offrir à leur maman sans trop dépenser pour garder quand même un peu de leur argent de poche pour le ciné-bowling-Mac Quick organisé avec leur classe pour la fin des cours, le cadeau de leur petit copain pour leur un mois de "complètement love" et l'achat du dernier CD top édition limitée du best of mega mix de la compil de leur radio parce que "ça ne se fait pas de pas l'avoir"...

Les pères qui se demandent de combien leurs enfants vont les taxer pour financer ledit cadeau...

Et les mères qui se demandent ce qu'elles vont bien pouvoir recevoir comme formidable surprise cette année? Quelle attitude et quel faciès elles vont bien pouvoir afficher devant le dessous de plat en mousse, la broche en pompons, le collier en terre cuite/paillettes/bouchons (on notera au passage l'imagination débordante du personnel encadrant les enfants que ce soit en milieu scolaire ou extra-scolaire).

Mais c'est vrai aussi, pas facile de trouver LE cadeau qui saura faire le bonheur de maman. Et puis, cette année, faut être original et faire mieux que nos frères et soeurs qui tombent toujours dans le mille et marquent un paquet de points à chaque fois. Donc, cette année, on oublie le DVD ringard, le foulard et autre bouquet de fleurs.

Et un séance de pilotage de formule 1? Enfin bon, maman a déjà du mal à conduire sa Clio, ne tentons pas le diable, même en circuit.

Un stage de cuisine avec un chef réputé? Elle risquerait de se vexer, la bougresse.

Un sortie concert, théâtre? Oui, mais comme on va réserver très longtemps à l'avance, il va forcément y avoir un impondérable le Jour-J pour l'empêcher d'y aller ou elle va carrément oublier de s'y rendre...

Un stage intensif de scrapbooking? Faudra pas se plaindre si maman nous inonde de ses oeuvres ensuite!

Un soin en institut? Super! Mais les frangins se sont déjà rués sur cette excellente idée. Et puis, c'est pas si original que ça finalement...

Un voyage? On a déjà du mal à se payer un week-end au Tréport, on va peut-être pas s'endetter même pour être la chouchoute de maman, faut pas exagérer.

Bon et pourquoi ne pas rester sur une valeur sûre... comme des fleurs? Ca fait toujours plaisir (bon, ok, sauf aux allergiques, mais pour celles-ci il existe les fleurs artificielles) Et puis, on n'est pas obligé d'offrir toujours les mêmes.

Et puis, pour l'année prochaine, c'est sûr, on s'y prendra plus tôt...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×